3 mai 2019

Qu'est-ce que le leadership ?

Le mot ​leader ​vient de l’anglais to lead et signifie mener, conduire, montrer le chemin. Ce dernier possède des compétences, souvent naturelles, qui lui permettent d’être écouté et suivi par un groupe de personnes.

On définit la notion de leadership comment étant l’influence psychologique sur un individu ou un groupe.

"Le leader c’est le meneur !"

Oui, mais selon quels critères ? Le ​leadership ​est relié à différents aspects :

1 - Liée aux traits de personnalités.

Le leader va mener un groupe grâce à son charisme, défini comme une forme d’autorité. Il influence des personnes de façon à ce qu’elles puissent exécuter des tâches sans contrainte : il va les motiver, les encourager et les mener. Certaines personnes ont une appétence naturelle pour le leadership, en fonction de leur personnalité. Pour autant, si tel n’est pas le cas, il est possible d’acquérir des compétencespour devenir leader.

2 - Lié aux situations.

Un leader va émerger d’une situation qui peut par ailleurs le révéler à lui-même. C’est pendant une situation critique ou dangereuse par exemple, que va se révéler le leader charismatique ! Mais un leader peut aussi être élu par des membres d’un groupe.

3 - Lié à la considération d’un groupe.

Le leader doit considérer son groupe pour obtenir le meilleur de chacun. Un bon leader doit avoir un certain pouvoir d’attraction, doit savoir motiver son équipe et donner envie de le suivre. Il ne s’agit pas de s’imposer directement en tant que Leader. Mais plutôt de considérer ses collaborateurs et leurs compétences tout en proposant des directives.

« Le leadership c’est avoir confiance en soi et donner confiance autour de soi »

 

Comment assurer votre leadership ... pour une bonne dynamique de groupe ?

L’efficacité du leadership dépend du comportement et des attitudes des leaders, et va déterminer le management de demain. Une bonne dynamique de groupe se résout aux besoins des salariés en mixant le leadership et les besoins.

Il existe plusieurs styles de leadership : 

1. Le style ​autoritaire

Le style autoritaire a comme incidence la dépendance du groupe vis-à-vis du leader, lorsqu’il n’est pas là ils ne savent pas quoi faire. Mais cela crée aussi un mauvais climat social du groupe, c’est-à-dire des tensions entre les membres du groupe et le leader.

2. Le style ​laisser-faire

​Le style laisser-faire a comme incidence une productivité faible, avec un climat social du groupe sous tension. Il n’y a donc aucune directive, aucun objectif ils ne savent pas réellement quoi faire.

3. Le style ​démocratique (n’a pas réellement d’incidence)

Cependant, il existe ​deux comportements de leaders qui ont été approuvés et révèlent une bonne dynamique de groupe:

  • Ceux centrés sur l’emploi, la tâche et qu’ils se traduisent par le fait de s’occuper des problèmes techniques, des méthodes de production, de la productivité de chacun.
  • Ceux centrés sur l’employeur et se traduisant par le fait de former les collaborateurs, de les aider à résoudre leur problème, chercher à bâtir une équipe soudée, unis.

 

Une bonne dynamique de groupe se résout sur 3 points-clés :

1. Besoin d’estime

Donner plus de responsabilité à ses salariés, entraîne une satisfaction et ils se sentent plus importants dans l’entreprise. Il faut valoriserses salariés pour qu’ils soient plus productifs.

2. Besoin d’appartenance

Adopter un concept d’Open space, qui correspond à réunir les bureaux dans un espace ouvert et les salariés décident sur quel bureau vont-ils travailler aujourd’hui. Si autant d’entreprise adoptent un agencement des bureaux en Open space, c’est qu’elles en retirent un ​avantage économique. ​En effet, qui dit Open Space dit disparition des cloisons ! L’open-space libèrela communication, les salariés peuvent échanger entre eux très facilement et cela renforce l’efficacité du travail en équipe mais surtout l’intégration de chacun au sein d’une équipe de travail.

3. Besoin de transcendance

Casser la structure hiérarchique afin d’avoir un management participatif. En effet, les leaders vont demander l’avis des salariés, ils vont les faire participer au débat afin de proposer des idées pour améliorer l’activité en question. Les salariés ont besoin de prouver de quoi ils sont capables, qu’ils peuvent avoir de bonne idée pour améliorer la stratégie de productivité. Ils peuvent penser à une idée que le leader n’en n’aurait pas eu l’idée !

 

 

Ganapati
Formations